Se faire masser par un… robot ?! C’est tout ce que vous avez en stock, en guise de «Mieux» pour «Demain» ?…  Dans l’équipe, nous avons pensé exactement la même chose… au début.

Quand Kuka, qui fabrique le robot, nous a recommandé avec enthousiasme la petite équipe de Capsix, nous en avons discuté en interne, et puis… l’un de nous a pris son téléphone pour appeler le fondateur,     et lui expliquer bien poliment pourquoi nous n’allions pas les convier à bord. Et là, il s’est mis à nous raconter sa vision des choses… et… il nous a retournés ! Et vous ? Allez, on vous raconte !

Crédits photographiques: Capsix Robotics

Et si tout le monde pouvait s'offrir
un soin-détente
par semaine ?

80 % de nos contemporains ont mal au dos. Pour ceux qui travaillent dans des bureaux, c’est souvent dû à la sédentarité et la diminution de l’activité physique. Pour les activités plus manuelles, le coupable ce sont les gestes répétitifs et/ou les ports de charges lourdes. Et pour tous, stress et charge mentale qui verrouillent nos corps… sans compter nos mauvaises postures prises devant nos smartphones, la télé et les ordinateurs (oui maman !).

De la même manière qu’une séance de sport par mois ne suffit pas pour se maintenir en forme, ce qui fait la force du massage, c’est sa régularité. Or peu de personnes peuvent avoir accès à une séance (ou plus !) par semaine, faute de temps, ou de service à proximité… ou de capacités financières. L’idée de séances détente robotisées, c’est ni plus ni moins de permettre une réponse complémentaire dans un contexte de demande plus grande que l’offre.

Se faire masser durant les heures de travail, ce n’est pas que pour les cols blancs ! Dans les secteurs du transport, du BTP, de l’industrie et des services, mais aussi par exemple pour nos fameux soignants (qui restent debout pendant des heures, et sont amenés à porter à répétition les patients) de plus en plus d’employeurs proposent à leurs opérateurs de se faire masser afin de soulager les tensions du dos, dues, notamment, aux charges lourdes. Les entreprises mettent le robot à disposition de leurs salariés, directement sur le lieu de travail. Un robot, contrairement à un humain, ça a une disponibilité constante, parce que ça ne se fatigue pas… ce qui permet de réaliser des soins en quantité !

Un peu plus d’infos ?

Dis-moi quel métier tu fais, je te dirai où sont tes tensions !

… dans l’immense majorité des cas ! La fine équipe de Capsix Robotics, startup lyonnaise, sait de quoi elle parle : elle rassemble un ingénieur en robotique et une docteure en informatique autour… d’un kinésithérapeute. Et ce dernier sait bien que les tensions dues au travail (les fameux TMS) sont dans l’immense majorité des cas très… prévisibles, hélas. Sans traiter les pathologies déjà déclarées, ce qui reste du ressort des professionnels de santé, il est possible de proposer aux personnes saines d’apaiser les tensions corporelles ou mentales générées par leur activité quotidienne.

Pour cela, l’équipe a numérisé les gestes de base utilisés par les masseurs dans les massages bien-être. Tout professionnel du massage peut alors à partir de ces gestes, créer des protocoles de détente, et les faire exécuter de façon précise, par le bras robotisé. En début de séance, l’utilisateur choisit la zone sur laquelle il ressent des tensions. Puis il procède aux réglages de confort : ambiance sonore, chaleur…

Le système se charge alors de l’adaptation automatique des gestes à la morphologie spécifique de chaque utilisateur. Pour que le robot soit autonome, une caméra 3D est installée au-dessus de la table de massage. Celle-ci capte la morphologie de la personne à masser, puis, à partir de ces données, des algorithmes vont adapter les protocoles de détente. Et ça, c’est secret… parce que c’est quand-même 5 ans de R&D !

La ‘main’ ? Elle ressemble au toucher d’un humain. Un mélange de mousse et d’acier, avec un contact chaud, mou et une densité agréable. Les séances de massage durent 10 à 15 minutes : l’objectif c’est la ré-gu-la-ri-té ! A l’exception du palpé roulé, le robot dispense des pressions, effleurages, glissés profonds… Pendant le massage, le bénéficiaire peut à sa guise moduler la pression dans la limite autorisée, à l’aide d’une télécommande. Soupir d’aise…

A terme, le dispositif pourra aussi trouver sa place sur d’autres sites non ou peu pourvus d’offre de massage : établissements sportifs, aéroport…

Nous, finalement, on a été conquis ! Mais au fait… essayez-le, puisqu’il est à bord !

Curieux d’en savoir plus ?

Crédits photographiques: Capsix Robotics
Crédits photographiques: Capsix Robotics

Les bénéfices
du massage

Côté physiologique ? Là, les données sont tout simplement mesurables et objectives. Par exemple l’activité musculaire, cérébrale, cardiaque ; la circulation sanguine, la raideur musculaire, l’activité électrodermale…

Et côté psychologique ? On est là en présence de données de ressenti, subjectives, qui doivent être récoltées par des questionnaires. Des méthodologies de recueil permettant de cadrer ces données de ressenti existent et ont d’ailleurs été solidement éprouvées pour gagner en robustesse des résultats.

Après une seule séance, la durée de ces effets est très courte : pour une raideur musculaire, OK, on peut compter moins de 3 minutes de bénéfices. Pour des mesures subjectives, par contre, on voit une amélioration du ressenti de la personne, et ça compte aussi beaucoup ! Pour un problème d’amplitude, les effets durent une dizaine de minutes.

Selon la littérature, les effets à long terme eux, apparaissent avec une pratique régulière. On retrouve avec la récurrence une certaine capacité d’adaptation, de meilleures postures, une meilleure résistance au stress, et un état plus sain de manière générale. Le massage est un entretien, au même titre que le sport ou la méditation par exemple.

Un peu plus d’infos ?

Envie de les rencontrer ?