Difficile d’aller chercher l’information plus près de la source : Alban MALLET est l’un des fondateurs de cette équipe qui réunit des ingénieurs, des architectes, des automaticiens, et des développeurs. Différents, mais sacrément soudés, parce qu’ils ont une vision très pragmatique en commun :


Aller construire sur Mars en impression 3D, comme nous le promettent régulièrement les magazines ? Pourquoi pas, un jour. Mais eux, ils voient d’autres défis, que la technique assez bluffante de l’impression de béton nous permet de relever sur Terre, et maintenant. Pouvoir personnaliser des logements, tout en les maintenant à un coût abordable… Réduire l’impact visuel de grands ouvrages d’art (demandez-lui de vous parler de ses pylônes en forme d’arbres, en Guadeloupe) … Ou encore restaurer des écosystèmes naturels. Demain, mais en Mieux, quoi !


Crédits photographiques: Seaboost

Ils ont imprimé
des récifs
pour restaurer les fonds de la Méditerranée !

Parfois, une preuve de concept vaut mieux que toutes les promesses du monde. Au printemps 2019, leur petite équipe a immergé 32 récifs artificiels dans l’aire marine protégée de la côte agathoise, au large d’Agde, en collaboration avec Seaboost et le groupe cimentier Vicat. Eco-conçus (demandez-leur de vous raconter !), et imprimés en 3D, ces récifs offrent des habitats et des espaces de nidification à de nombreuses espèces.

Et parce que quand on est pragmatique, on pense en plusieurs dimensions, ces récifs deviennent dans le même temps de très écologiques points d’ancrage (corps-morts) pour maintenir les bouées de surface. Le projet a tellement de potentiel qu’il est soutenu simultanément par l’ADEME, par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée. Vous pouvez voir sur place un exemplaire de ces récifs. Pour en découvrir la version déjà partiellement recolonisée, il faudra vous tourner vers les belles vidéos qu’ils nous ont amenées ! Allez, on plonge ?…

Ils vous en racontent un peu plus !

En architecture, l’impression 3D du béton
réouvre le champ des possibles

Ici nous avons choisi de nous concentrer sur les récifs, mais la belle équipe d’XtreeE met aussi des étoiles dans les yeux des architectes : l’impression sans coffrages permet des formes enfin libres (paraboles, ellipses…). C’est l’occasion de faire du beau sans forcément faire du cher. Par exemple en jouant avec les formes du monde vivant.

Ou de rendre possible l’implantation d’ouvrages d’art, à des endroits où le relief nécessite des piliers de formes atypiques, et où un coffrage devient vite trop complexe (s’il est en bois) ou trop cher (s’il est en métal).

La parcimonie énergétique lui dit aussi merci ! L’impression 3D de béton optimise les structures, en permettant d’imprimer plus de creux que de pleins : à la clé, une économie de 40 à 70% de la quantité de béton employée ! Ajoutez à cela des chantiers plus simples, et donc moins pénibles et plus sûrs pour les ouvriers, et des temps de nuisance largement réduits pour les riverains. On signe où ?…

XtreeE sait déjà imprimer en une seule prise des éléments allant jusqu’à 5 mètres de haut. Et surtout, ils ont mitonné une technologie de transformation du béton directement dans la tête d’impression (bi composants) permettant des formes plus complexes et plus fines que celles réalisées par la plupart des imprimeurs de béton, qui opèrent en mono composant.

Le pragmatisme sans les frustrations, pour rêver aux villes de demain… c’est ici !

 Découvrez l’incroyable palette de leurs projets

Crédits photographiques: XtreeE

Envie de les rencontrer ?